Etes vous plutôt sprinteur ou endurant ?

Qui ne s’est jamais classé dans une catégorie sportive… ?

On entend régulièrement « je ne suis pas fait pour le marathon, je suis un sprinteur », « je ne saute pas haut mais je peux courir longtemps », «  je ne frappe pas fort mais… ».

Alors vrai ou faux ?

Et bien vrai ! Ces affirmations sont anatomiquement et physiologiquement justes mais pas forcement justifiées pour la majorité des gens à moins d’être sportif de haut niveau.Je vais vous expliquer pourquoi.damien lecouvey preparateur physique dijon

Il faut savoir qu’il existe plusieurs types de fibres musculaires qui varient suivant plusieurs paramètres :

  • Génétique
  • Activité pratiquée
  • Age
  • Sexe

Un  muscle n’est pas composé d’un seul type de fibres mais l’une des trois sortes décrites ci-dessous sera plus ou moins dominante. Voici les principales choses à retenir :

1 : Les fibres blanches (de type II) :

Ce sont celles qui sont riches en glycogène, très peu endurantes mais très puissantes ; il s’agit clairement de la fibre musculaire dominante du sprinteur. Ces fibres sont utilisées sur des efforts très courts.

2 : Les fibres rouges ( de type I) :

Ces fibres sont peu riches en glycogène, et sont de petits diamètres. Elles vont servir aux efforts longs et peu intenses.

Les muscles qui servent à la tenue de la posture sont majoritairement composés de fibres rouges.Vous y retrouverez les muscles du dos, du cou par exemple.

3 : Les fibres IIa ou IIb :

Très variables en fonction des gens et des groupes musculaires, ce sont des fibres intermédiaires (entre les blanches et les rouges).

En moyenne la répartition se fait de la façon suivante :

50% de fibres rouges- 25% de fibres IIa/b et 25% de fibres blanches.optimisation de la performance avec damien lecouvey coach sportif

Mais alors, quel est l’impact des fibres musculaires dans l’optimisation de la performance ?

La grande question étant de savoir si l’on peut modifier le rapport de force entre ces types de fibres musculaires. Au début des études sur le sujet, les entraîneurs ont mis le paquet pour essayer d’axer un travail sur l’explosivité ou sur l’endurance pour modifier la répartition des fibres. En effet, diverses études ont montré qu’un sportif explosif a une dominante de fibres blanches. Mais une étude plus poussée a prouvé que ces fibres faisaient partie intégrante du patrimoine génétique du sportif, et non d’une adaptation à l’entraînement spécifique. Il est scientifiquement prouvé que les fibres IIa peuvent varier et se transformer en fibre IIb sur des efforts en  résistance, mais aucune étude n’a pu prouvé une transformation significative de la répartition des fibres musculaires. En effet, dans ce cas il s’agit juste d’une transformation au sein d’une même catégorie des fibres de classe II.

Si je me fie au cocktail nécessaire pour devenir sportif de haut niveau il faut :

Volonté-Entraînement-Talent-Sacrifices-Mental-Remise en question-Capacités  

Dans la partie capacités on intégre la base anatomique et génétique du sportif. Vous pourrez vous entraîner toute une vie, faire le maximum et pour autant il y a peu de chances que vous puissiez rivaliser avec Usain Bolt au 100m.

Ce qu’il faut retenir :

Si j’ai un profil de muscles majoritaires à fibres rouges, je ne pourrais jamais sprinter ?

Dans votre profil musculaire, même avec un entraînement intensif, vous allez surtout jouer sur le diamètre des fibres musculaires et non sur la nature des différentes fibres. Mais détrompez-vous, vous pouvez avoir des performances tout à fait honorables dans un type de sport sans que vous ayez le patrimoine génétique parfait et adapté à celui-ci. Ne vous fixez pas de barrières sur les sports que vous pourriez pratiquer car avec de l’entraînement vous serez un bon pratiquant.

damien lecouvey coach sportif dijon

 

 

 

Le rôle des parents dans l’accompagnement aux compétitions sportives de leurs enfants

Si vous voulez un jour vous amuser à une expérience sociale intéressante, prenez le temps de visiter un gymnase, un terrain de football ou de handball un samedi après midi. 

Peu importe la catégorie d’âge, observez les réactions des spectateurs (souvent composés de la famille proche et/ou d’amis.) Il n’est alors pas rare de voir des réactions du type «  vas-y massacre le », «  en**** d’arbitre » etc etc… il est alors samedi 15h, et les poussins (8-10ans) s’affrontent dans un match du championnat départemental. Un papa, une maman n’est rappelons-le, ni coach, ni entraîneur, ni arbitre : c’est le principal supporter et le premier rideau de soutien de son enfant.Rappelons nous aussi certaines des plus importantes valeurs du sport : respect de l’adversaire, des arbitres, tolérance…football-2853609_960_720

Il est certain que le rôle des parents n’est pas aisé, et trouver leur place se révèle être un vrai défi ; Voici 4 principes qu’un parent-supporter pourrait appliquer :

1 : Soyez fier de votre enfant.

Vous vous investissez directement (suivi des entraînements, part importante dans le suivi sportif..) ou indirectement (emploi du temps à adapter, coût financier…) dans l’activité sportive de votre enfant et il peut parfois être compliqué pour vous de voir ce dernier cumuler les défaites et ne pas avoir les résultats escomptés. Peu importe, soyez fier de lui. Le côté positif que vous allez lui transmettre l’aidera à relever la tête et pourra l’aider pour sa confiance personnelle.

2 : Respecter le travail de l’entraîneur.

Abstenez vous de crier plus fort que le coach ( car ça on le voit beaucoup aux bords des terrains), votre enfant est drivé par son coach, et il est important de ne pas interférer dans son travail.     Vous avez un différent, vous n’êtes pas d’accord avec l’entraîneur, allez lui en parler et évitez à tout prix de critiquer ce dernier devant vos enfants. Cela remettrait son autorité en question : l’enfant privilégiera souvent l’avis de ses parents qui représente le premier niveau d’autorité pour lui.football-coach-1658151_960_720

3 : Ne vivez pas vos rêves à travers vos enfants.

Vous rêviez d’enchaîner les dunks devant 10000 personnes au Madisson Square Garden et ça se n’est pas fait. Vous voyez alors en votre fils le futur Lebron James et lui mettez une pression constante pour qu’il y arrive. Vous risquez de provoquer tout l’inverse et même d’engendrer un dégoût de la discipline. Laissez les choses se faire, apportez votre soutien, et transmettez votre passion… cela suffira grandement. Apportez votre soutien moral, et laissez l’expertise technique d’analyse d’après match à son entraîneur.

4 : Respectez ses choix.

10 ans de championnat de France et votre enfant vous annonce qu’il arrête le basket pour faire de la natation. Et bien soit, s’il a analysé et déterminé que le basket ne lui correspondait plus alors laissez le vivre de nouvelles aventures dans une autre discipline. D’ailleurs on constate des changements réguliers de disciplines sportives dans les catégories jeunes. L’enfant ou l’adolescent se teste, essaye, et cherche sa voie. cheerleader-673490_960_720

Chers parents, vous êtes un maillon important lors des compétitions sportives ; Soutenez vos enfants, respectez l’entraîneur, l’arbitre, les adversaires et profitez de l’instant passé avec eux à les soutenir : victoire ou défaite peu importe, l’essentiel étant que vos champions prennent du plaisir !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’AI TESTE LE STAGE DE DK YOO

Samedi 01 décembre, j’arrive au CREPS de Dijon pour suivre le stage organisé par le club de systema Oliana de Dijon, et plus exactement par Mr Olivier Putz.

A peine arrivé, l’accueil est très sympathique; on s’échauffe un peu dans notre coin, on observe les autres stagiaires. La première chose qui m’a interpellé est la diversité de styles martiaux, et surtout les différentes nationalités des participants. Une chose est certaine DK YOO est mondialement connu et beaucoup de monde (90) s’est déplacé  pour le rencontrer.

Maître DK YOO arrive, mais qui est-il?

Sud-Coréen, Dk Yoo est connu pour ses connaissances dans pas moins de 15 disciplines : boxe, savate, tai-chi-chuan ,aïkido, sanda, taekwondo, shaolin kung-fu ,wu shu, systema etc. Toutes ces disciplines lui ont permis de créer le WCS: « Warfare Combat System ». Populaire sur internet, vous trouverez facilement des vidéos de sa méthode et surtout de son incroyable fluidité et vitesse.

On remarque tout de suite le côté détendu de notre professeur. Accessible, et simple on est loin d’une personne qui se prend pour une star hollywoodienne.

On attaque le stage par un briefing sur le thème du jour et rapidement on enchaîne par des exercices de respiration en musique. Je dois dire que cette approche m’a bluffée car je me suis senti réellement bien après seulement quelques minutes de travail. C’est parti pour une démonstration de déplacements axiaux; step, jab-/step-step avant, arrière… un exercice qui peut sembler simple quand on a un passif de boxeur mais au final j’ai rapidement trouvé des petites nouveautés sur le côté fluidité, relâchement et aspects très courts des mouvements. Je continue d’ailleurs depuis le stage de m’exercer face à un miroir pour perfectionner ces mouvements.

Des combinés différents ont été vus pendant la matinée,puis du travail de shadow boxing en musique et enfin des esquives.  DK YOO prend le temps de venir corriger les stagiaires et c’est particulièrement sympa de profiter de ses conseils d’expert!

Petite pause repas d’une heure, et c’est reparti! Cette fois on commence par de la méditation « So Hung » en musique que DK YOO a lui même composé. S’en suit un travail sur saisie du bras ou du poignet qui demande une adaptation car différente (pour moi en tout cas) de ce que l’on voit habituellement. Un exercice d’ancrage au sol viendra compléter l’après midi. On termine évidemment sur un travail respiratoire afin de détendre notre corps.

Pour résumer, je suis très satisfait de ce stage,et de cette méthode. J’en profite pour remercier Olivier qui a gentiment accepté mon inscription au dernier moment, et qui a su gérer l’organisation de main de maître.  Allez faire un tour à ce stage, que vous soyez débutant ou confirmé vous ne serez pas déçus! Pour conclure voici un petit résumé vidéo du stage, avec quelques belles démonstration du maître! 

Vrai ou faux ? Les femmes sont plus souples que les hommes

Vrai !!!

Et d’ailleurs, une femme enceinte l’est encore plus. Petite explication technique, enfin même chimique.

Les hormones féminines à savoir les œstrogènes contribuent à une meilleure laxité articulaire. Si on voulait imager la chose, les œstrogènes agissent comme un humidificateur des ligaments. (En réalité c’est tout simplement de la rétention d’eau).

Ce qui va expliquer une hyper laxité au moment de l’ovulation (pic hormonal) : à ce moment précis, on pourrait être tenté de favoriser le travail de la souplesse. Et bien non mesdames, mauvais choix, vous augmentez grandement le risque de lésions, déchirures ou autres traumatismes.

Je conseille d’ailleurs aux femmes de favoriser les étirements actifs par rapport aux étirements passifs, où l’on risquerait de dépasser le seuil de douleur. Mais on rentre ici dans un vaste débat, et je ne prétends aucunement avoir la réponse parfaite. Le sujet de cet article n’est pas non plus souplesse/performance, ou encore étirement/explosivité donc je me limiterai à vous exposer les 2 options.

Et là vous vous dites c’est quoi un étirement actif ?

Je vous incite à lire « savoir s’étirer » de Monsieur Christophe Carrio, un des livres les plus aboutis sur le sujet.

Le but de l’étirement actif consiste à contracter un muscle agoniste en même temps que s’étire l’antagoniste.

Par exemple, si je contracte le biceps, j’étire le triceps.

muscles agonistes/antagonistes

La différence principale de l’étirement actif est le faible temps d’étirement : vous allez réitérer entre 6 et 12 fois un étirement qui durera seulement 1-2 secondes. Alors que dans l’étirement passif on maintiendrait minimum 20 secondes la position sans bouger.

C’est sur le papier c’est très abstrait, voici donc un petit exemple :

Personnellement j’affectionne particulièrement les élastiques pour pratiquer les étirements actifs.


 

damien lecouvey expert coach sportif à dijon basketIci vous allez tendre votre jambe puis tirer doucement sur l’élastique (ajouter 10% maximum d’amplitude afin de ne pas vous blesser) puis après 2 secondes revenir en position initiale avant de réitérer l’opération entre 6 et 12 fois.


 

L’étirement passif:

étirement passif Ici vous allez tendre la jambe en vous aidant de votre main,jusqu’à arriver à la sensation d’étirement   ( et non de douleur), puis vous maintiendrez minimum 20 secondes la position.


Ce que l’on peut retenir, c’est que oui sur le papier les femmes sont plus souples de nature que les hommes; C’est un fait!

Mais il existe aussi beaucoup de femmes « raides »  ou avec des problèmes de laxité articulaire, et au contraire, un homme pourra très bien acquérir une très bonne souplesse avec du travail spécifique. Messieurs, ne vous  mettez pas de barrières, ne vous fixer pas de limites sous prétexte de ne pas avoir d’œstrogènes. Autre certitude, les exercices pour s’assouplir doivent être fait efficacement et sans douleurs, sinon c’est la blessure assurée.

Avant de devenir contorsionniste, ou d’être champion de karaté il faudra des heures, plutôt des mois et même certainement des années de travail!souplesse et sport de combat

On a testé la cryothérapie

DC Training est toujours en recherche de nouveautés sportives ce qui nous a emmené chez SWISS CRYOTHERAPIE situé avenue de Langres à Dijon; On a été convaincu! regardez la vidéo…

Si cela vous intéresse, un partenariat établit entre coach sportif dijonnais et swiss cryothérapie à Dijon vous permet d’avoir des tarifs préférentiels! testez c’est top et l’accueil y est super!

De la remise en forme jusqu'à l'optimisation de la performance